acceuil
pour voir le menu du haut
 
Vous êtes les bienvenus d'attacher des liens à cette page à partir de votre site et les faire connaître aux parents et amis autant que vous mentionnez la source et l'auteur. Ces articles demeurent cependant la propriété de CoeurCanin et veuilliez nous contacter avant de les imprimer ou publier. Merci!
Article #2) Le Mal de Trop Aimer:  l'anxiété de séparation / dépendance affective
Ce malaise dont souffrent tellement de chiens: pourquoi un chien panique quand laissé seul? comment savoir si c'est le cas? comment le prévenir? pistes pour soigner le chien dépendant + c'est possible de guérir!
Le Mal de Trop Aimer
anxiété de séparation / dépendance affective
 
       On n'attend que trop souvent parler des chiens qui détruisent, hurlent et paniquent quand laissés seuls. La majorité des chiens abandonnés aux refuges sont là du à cette cause : " on travaille et on ne peut être à la maison tout le temps, et notre chien souffre d'anxiété de séparation…" est l'excuse #1 pour se défaire ou trouver un autre famille pour son chien. Certains de ces chiens en souffrent réellement, d'autres non, mais ont le malheur de répliquer certains comportements propres à cet état. Le refuge en question écrit alors dans le dossier de ce chien : " anxiété de séparation " et ainsi fait peur aux gens intéressés d'adopter ce compagnon. Certains refuges vont même jusqu'à limiter l'adoption de ce chien aux familles où quelqu'un est toujours à la maison. Évidemment, il n'y aura jamais assez de ces familles pour placer tous ces chiens estampés " dépendance affective ". C'est très triste et INUTILE! L'anxiété de séparation est possible à prévenir, est la grosse majorité du temps guérissable, et dépend énormément des humains : si le chien en a souffert dans l'ancienne maison qui n'a pas su y remédier, la nouvelle famille pourra tout de même travailler des exercices et réussir à ce que le chien n'en souffre plus. Il faudra prévoir une période d'adaptation, mais ces chiens peuvent apprendre comment rester tranquillement à attendre à la maison pendant que la famille travaille des heures régulières.

    Certains chiens sont de nature beaucoup plus prédisposés à cette problématique, toutefois, il semble que l'humain peut vraiment le développer ou le prévenir. On ne voit pas ce genre de problème souvent chez des chiens qui vivent chez des familles qui les considèrent 'que des chiens'. C'est nos toutous que l'on aime très fort, qui font partie de notre famille qui en souffrent. Quel est ce mal étrange qui semble être causé par trop d'amour?

    Regardons pour débuter les symptômes d'un chien qui en souffre, ou est à fort risque de développer cette anxiété prochainement. Il faut faire attention car certains des symptômes de la dépendance affective peuvent avoir d'autres causes.
  - En général, il s'agit d'un chien qui si possible, vous suit dans la maison et rarement s'en va par lui-même dans une autre pièce. Les chiens sont des animaux sociables et n'aiment pas être laissés par exemple seuls dans la cour, c'est naturel. Un chien qui n'est pas excessivement attaché à ses humains et quand même capable d'aller par lui-même faire une sieste dans une autre chambre sans vous garder à l'œil sans arrêt de peur que vous disparaissiez. Il est naturel qu'il arrive vite quand vous ouvrez la porte du frigo, mais là n'est pas le même chien qui si possible vous accompagnerait dans la douche pour ne pas être loin de vous même si il déteste l'eau. Il arrive également que des chiens suivent leur humain pas à pas pour le 'contôler' et le surveiller. Ces chiens ne sont pas nerveux, ils peuvent seulement être frustrés si vous partez sans l'amener. Par contre, trop de frustration peut créer de l'anxiété....
Si vous soupçonnez plutôt un chien contrôleur, c'est lui expliquer que vous n'avez pas besoin d'inspecteur personel qu'il faudra (une notion que vous lui avez probablement fait comprendre tout à fait involontairement) plutôt que de le traiter pour l'anxiété de séparation.Dans ce cas, c'est un programme de de-responsabilisation qui sera utile et qui permettra à votre chien de comprendre qu,il nà pas la responsabilité ade vos vas et viens.
  - Si vos voisins se plaignent que votre chien hurle ou aboie du matin jusqu'à l'après-midi quand vous rentrez, il est bien possible que votre chien panique et souffre réellement quand laissé seul. A vous d'en juger. Il se peut aussi que votre chien jappe après chaque bruit de l'extérieur car il défend le territoire ou a simplement peur des gens dehors. Il faut savoir quelle est la cause du bruit si on veut y remédier.
  - Vous revenez et votre maison semble avoir été cambriolée, en plus d'avoir subi un tremblement de terre? Un chien qui panique quand vous partez peut détruire vos objets personnels, mâcher des meubles, arracher des murs. Si votre chien est jeune, il se peut aussi qu'il a détruit des choses juste pour voir comment ça goûtait et il trouvait que ça goûtait bon et s'est bien amusé. Si votre chien a trop d'énergie à dépenser, il se peut qu'il a des drôles d'idées du à l'ennui et s'amuse en jouant rigoureusement avec autre chose que ses jouets. Il peut même arriver que votre chien regardait par la fenêtre d'où il a vu le facteur ou le chien du voisin qui le narguait et faisait pipi juste sous son nez sur vos escaliers (certains propriétaires ne se gênent pas quand ils vous savent parti !) et il a voulu aller lui donner une leçon, mais bon, il était enfermé et a pu se défouler sur le coussin à côté sans vraiment réaliser ce qu'il fait. Des indices si c'est l'anxiété : le chien s'attaquera aux portes, fenêtres ou murs qui semblent pour lui des barrières vers où vous êtes. Il peut aussi favoriser vos objets personnels ou votre sofa préféré : là où votre odeur qu'il cherche pour se réconforter est plus forte. Un chien qui n'est pas extrêmement anxieux et chaque chiot fait mieux d'être restreint quand laissé seul dans une cage, enclos, ou au moins une chambre sécuritaire. Cela évite non seulement les dégâts, mais aussi des accidents (chiot peut s'étouffer avec un chandail ou s'empoisonner à gruger des murs), en plus de ne pas laisser au chien immature la chance de prendre des mauvaises habitudes. Un chien qui devient nerveux quand vous partez peut aussi se sentir plus en sécurité dans un petit endroit protégé sans toute la maison à garder et toutes ces choix à faire quoi gruger et quoi ne pas toucher. Ne donnez pas trop de responsabilités à votre chien et il s'en sentira rassuré.
  - Votre chien adulte qui sait très bien où faire ses besoins devient malpropre quand laissé seul? Assurez-vous qu'il ne reste pas trop longtemps tout seul, ou qu'il ne mange ou ne boit pas trop quand seul et simplement ne peut plus se retenir. Parfois, des raisons médicales peuvent aussi causer des accidents. Toutefois, la panique de rester seul enlève au chien le contrôle de sa vessie. Nul ne sert de le chicaner une fois que vous revenez, ceci ne le rendra que plus nerveux. Une fois qu'il comprendra que quand vous partez, vous revenez, il saura se retenir normalement.
  - Certains chiens vivent leurs émotions par l'intérieur. Un tel chien quand trop nerveux peut se mutiler. Des cas graves de dépendance affective peuvent causer le chien de gratter tellement fort le plancher, mur ou porte à s'en arracher les ongles jusqu'au sang. Certains chiens se brisent les dents sur les barreaux d'une cage en essayant de sortir pour rejoindre leur maître. Certains chiens se lèchent ou mordillent la peau (surtout les pattes et les flancs), résultant en des plaies comme sur la photo (fig.1). J'espère que vous saurez modifier la routine de votre chien en l'observant avant qu'il n'en arrive là. Cependant, même les chiens aussi avancés peuvent être rétablis.
fig.1: plaie sur une patte causée par un léchage excessif quand laissé seul.

    Un chien est un animal social qui ne sait vivre seul. A cause de cela, plusieurs pensent qu'il est naturel pour le chien de ne pouvoir accepter de rester seul. C'est faux. Dans la nature, un groupe de chiens sauvages en devenant adultes apprennent à rester seul pour des périodes limités. Si nous laissons un chiot à sa maman elle l'éduquerait pour ne pas qu'il s'y attache excessivement. Quand nous prenons le chiot et l'adoptons, remplaçant ainsi sa famille canine, c'est notre responsabilité de le lui apprendre. Regardons comment le fait sa mère pour ne pas faire trop d'erreurs.
    Un jeune bébé chien ne peut survivre seul : si il se perd il vocalise jusqu'à ce que maman le trouve. Sinon, il périt. Il est donc naturel de ne pas demander au petit chiot de 7 semaines de dormir tout seul dans le garage. Par contre, il est conseillé de le placer sur son coussin ou dans sa cage dans la chambre à coucher d'un des membres de la famille où le chiot peut entendre et sentir notre présence. Pourquoi pas sur le lit? Quand la mère sève ses petits (normalement juste avant l'adoption), si elle a le choix, elle ne les laisse plus tout le temps dormir contre elle. Les chiots alors se blottissent un contre l'autre et restent aux alentours de la mère. C'est une des façons pour les chiots de comprendre que leurs frères et sœurs sont leur égaux, mais non maman ou papa à qui ils n'ont pas toujours accès. En remplaçant sa famille canine, on doit lui apprendre que les humains ne sont pas leur douilettes, donc il a le droit de dormir proche, mais pas collé sur le lit. Une fois devenu adulte, le chien qui a bien apprit à dormir seul, pourra sans problèmes être invité sur le lit si sa famille aime dormir avec un chien.
Certains mettent des toutous ou chandails avec notre odeur dans la cage, voir même une horloge entourée d'une couverture pour simuler un cœur qui bat : comme un frère qui dort à côté. Durant cette période de bébé, le chiot nous suit naturellement partout. A nous d'en profiter pour lui apprendre de venir quand on l'appelle, mais il est conseillé de le laisser chaque jour seul dans sa cage qu'il connaît pour des courtes périodes de temps. Ceci lui apprendra que rester seul est normal. A cet âge, la maman loup part souvent chasser et les petits ne s'inquiètent pas trop en attendant son retour. Si on travaille, on peut laisser un chiot plus longtemps seul dans une grande cage. On doit s'assurer qu'il puisse faire ses besoins dans un bout de la cage (un jeune chiot ne peut se retenir bien longtemps) et de jouer dans l'autre bout sans se salir. On lui laisse des jouets et le chiot peut très bien apprendre de patienter jusqu'à notre retour dans la 'tanière' familière qu'est sa cage. Si vous ne gardez pas votre chiot enfermé quand seul, vous risquez des graves accidents (même mortels) car le chiot peut avaler des choses et s'étouffer, s'empoisonner, faire tomber des objets lourds sur lui…en plus de prendre des mauvaises habitudes de détruire des objets autres que ses jouets car vous ne serez pas là pour le guider. En plus, les chiots se sentent plus en sécurité si ils restent dans ' le nid' plutôt que dans toute une maison.
    Arrive le moment où le chiot s'approche de sa puberté. Ça fait longtemps qu'il ne tète plus du lait et peut parfois venir jouer avec maman ou d'autres adultes, mais ne la suit plus partout. Il commence à explorer son monde. Ses parents et les autres membres de la meute commenceront à ne plus bien le tolérer : il se fera corriger même sévèrement, parfois sera chassé de la meute. Ceci est naturel pour assurer dans la nature que ses partenaires ne seront pas du même sang et ainsi assurer à la progéniture une meilleure santé. Le jeune adolescent peut parfois voyager seul jusqu'à ce qu'il trouve une nouvelle meute qui l'acceptera. A la puberté (débutant de 5 à 8 mois selon la race et l'individu), le chien est prêt à être autonome. Il n'a plus besoin de maman ou papa. Il a besoin de meute pour assurer la survie : chasse, reproduction, jeux. C'est là que nous, sa famille humaine faisons des erreurs la plupart du temps. Nous gardons souvent l'image de notre chien comme un chiot à maman toute sa vie. En l'infantilisant nous projetons sur lui la dépendance. Le chien devient mature physiquement, mais ne mature jamais émotionnellement car son indépendance n'est jamais développé.
Bien sûr que nous voulons une relation très proche avec notre chien. Il a seulement besoin de passer du bébé chiot à un compagnon mature dans notre propre representation. Un compagnon adulte à qui on laisse la chance de se développer, tout en continuant à le protéger et encadrer toute sa vie.

    Comment agir pour éviter que notre chien ne développe une anxiété de séparation? Tout part de votre approche. C'est parfois difficile, mais il faut laisser au chiot la chance de grandir. La maturité ne le rendra pas indifférent de vous. Lui apprendre dès jeune age de dormir à part (à la puberté on peut commencer à déplacer la cage où le chien dort dans une autre pièce que la chambre à coucher), de rester seul dans un endroit familier régulièrement, sont des pas importants pour son développement. Plus il grandit, plus il aura besoin d'un entraînement de base pour avoir des limites claires dans sa vie. En étant adulte, notre chien ne devrait plus être notre bébé, mais notre compagnon car pour lui, de sa maman/papa nous devenons un partenaire de jeux et de chasse (promenades), un membre de la meute plus vieux qui le dirige dans la vie.
À l'âge adulte, si le chien tolère bien de rester seul, de dormir à part, on pourra alors, si on le veut, l'inviter à dormir dans le lit et partager plus de temps avec nous. Il aura déjà apprit à respirer par lui-même au besoin. Certains chiens en rémission d'une sérieuse anxiété de séparation prennent quelques années avant de pouvoir dormir avec nous, sinon ils fragilisent et rechutent. Il est important d'adapter les règles selon l'apprentissage de chaque chien.

    Pour éviter que votre chien panique quand vous partez, n'en faites pas un cas : ne venez pas lui faire des gros câlins avant de partir car vous vous sentez coupable que vous allez travailler et qu'il doit rester seul. Il sentira alors que quelque chose ne va pas et commencera à être nerveux dès votre départ. Montrez lui l'exemple en restant calme et joyeux en l'enfermant avec son jouet rempli de beurre d'arachides ou encore mieux, cubes de boeuf, foie et fromage etc chaque matin : il vous croira que c'est bien comme c'est. Les chiens apprennent très bien de dormir toute la journée en nous attendant. Un chien adulte peut facilement rester 8, voir même 10 heures tout seul, autant que le soir venu, on s'occupe de lui! Par nature, il est le plus actif le matin et l'après-midi et soir, donc s'adapte bien à paresser pendant la journée. Si vous revenez et vous le faites exploser de joie à la porte, vous demandez des problèmes : il y aura une trop grande différence entre quand vous êtes là ou pas. Si vous êtes calmes quand vous revenez, votre chien sera content mais ne sera pas si nerveux par rapport aux entrées et sorties. Une bonne routine : remplissez son Kong de sardines, thon, beurre d'arachide, yogourt, canne de chats, biscuits ou autre délice (voir fig.2), dites lui " cage! " (joyeusement en pensant au fait que vous lui donnez une gâterie et non que vous partez) ou autre commandement pour qu'il aille dans sa cage, enclos, ou pièce, demandez-lui 'couche', donnez-lui le jouet en lui disant 'bon chien' tout doucement, puis partez sans vous retourner. Vous aurez ainsi un chien qui est tout content d'aller se faire enfermer chaque matin. En revenant, dites-lui bonjour et allez vous enfermer dans la salle des bains pour 5 minutes pendant que votre chien se calme. Ensuite laissez-le aller faire ses besoins, puis la vie continue. Vous étiez absents toute la journée? Ok, ça doit être normal.
fig.2: Il existe beaucoup de grandeurs et
dégrés de durété de Kongs ou jouets semblables. Ils ont un trou qui peut être fourré de beaucoup de choses selon les goûts de votre chien.


    Pour les chiens qui souffrent déjà de ce trouble, ignorez votre chien une demi-heure avant de partir et après être revenu. Soyez extrêmement plate! Comme ça ce ne sera pas un changement si drastique que vous soyez là ou pas. Si vous n'êtes pas capables de le faire, demander de l'aide, mais appliquez cette règle sans quoi votre chien ne guérira pas!

    Tout en entraînant votre chien, pratiquez quotidiennement : demandez-lui des 'assis', 'couche', 'au pied', 'viens' et 'reste' autant que 'donne la patte' ou 'fais le beau' avant de lui donner à manger, avant de lui ouvrir une porte, avant de lui mettre sa laisse, avant de lui donner un biscuit, avant de lui lancer son jouet, avant de l'inviter sur le sofa pour des câlins….Il y a 60 occasions par jour pour pratiquer. Ceci de un, vous donnera un chien plus obéissant, de deux, un chien qui se sent utile, donc, s'ennuie moins et s'assure que vous êtes bien le membre de la meute plus vieux qui le dirige dans la vie dont il a besoin pour maintenir l'ordre sur cette planète. Si votre chien a tendance de vous suivre de pièce en pièce, demandez lui des 'couche-reste' pendant que vous allez vous chercher un thé ou répondez au téléphone. Il apprendra ainsi de vous faire confiance et que c'est possible de rester seul dans une pièce parfois- vous n'allez pas vous évaporer!Encouragez-le d'aller dormir dans sa chambre quand il a envie d'une sieste. Si votre chien souffre déjà quand il reste seul, pratiquez beaucoup de 'restes' à l'endroit où vous l'enfermez d'habitude. Au début, sortez seulement de la pièce pour 2 secondes, et félicitez et récompensez avec de la nourriture quand vous revenez. Graduellement, vous serez capable de sortir de la maison pour quelques minutes, puis votre chien pendant ce temps sera concentré sur votre retour (il aura apprit par répétition que quand vous sortez, ça veut dire que vous revenez le récompenser) et ne sera pas entrain de paniquer. Quand il sera capable de vous attendre calmement pour une demi heure, les chances sont bonnes qu'il soit presque guérit, car c'est souvent dans la première demi-heure que votre chien panique quand vous partez.
Ce dernier paragraphe simplifie beaucoup un exercice complet de re-apprentissage de rester seul qu'il est possible de faire. Je vous conseille de le débuter avec un professionnel habitué à ces méthodes si vous traitez un chien qui souffre déjà d'anxiété et ne faites pas ces exercices par prévention. Il est crucial de s'assurer de solidement bâtir les deux premières minutes de votre départ, sans quoi le chien ne sera jamais solidement rétabli. Un bon professionnel débutera ces exercices avec vous, vous aidera à installer le set-up, vous aidera à bien lire votre chien afin de reconnaître si les exercices sont bien re^cus ou trop difficiles à tout moment.

    Certaines actions ou habitudes sont à proscrire dans une maison avec un chien qui s'inquiète quand vous partez :
  - de caresser le chien pour des longues périodes de temps, de s'occuper de lui tout le temps que vous êtes à la maison car vous vous sentez coupable de ne pas être assez présent, de le caresser dès qu'il le demande sans lui demander un petit 'assis' auparavant : Si vous envahissez votre chien avec votre attention et amour gratuit quand vous êtes là, le chien ne sait plus quoi faire de lui-même dès que vous n'êtes plus là! C'est normal qu'il commence à faire des bêtises si il est habitué à un flux constant d'attention et n'a jamais apprit comment s'occuper par soi-même.
Essayez plutôt dòrganiser des périodes d'attention, jeux, exercices, caresses et des périodes 'off' où vous voguez à vos occupations en présenece du chien sans s'en occuper. Si cela est difficile car votre chien sollicite beaucoup d'attention, il y a des chances que ce soit d'un programme de deresponsabilisation qu'il a besoin.

  - de punir/crier ou avoir une autre réaction négative quand vous revenez et trouvez un accident sur le plancher ou un objet détruit : Si vous pouvez surprendre votre chien pendant l'action, il pourra alors associer votre mécontentement avec le présent. Cependant, si il a mangé votre soulier préfère il y a 2 heures, il n'a aucune idée pourquoi soudainement vous revenez tout fâché. Il ne peut faire le raisonnement. La prochaine fois pensez à restreindre ses mouvements pour ne pas lui laisser la chance de faire des bêtises. Souvent, un chien adolescent explore un jour par simple ennui ou curiosité et découvre que tirer sur les rideaux et les déchirer est vraiment amusant. Il n'a jamais encore essayé ça et vous n'avez donc pas eu l'occasion de lui apprendre que ça ne se fait pas (ce chien devrait rester dans une cage ou enclos jusqu'à ce qu'il soit plus mature, jusqu'à 1 à 3 ans, dépendamment des individus et races). Après s'être bien amusé, il change de pièce et fait une sieste. Il se réveille quand vous rentrez et se lève tout content de vous accueillir. Quelle n'est pas sa confusion quand il voit un maître tout fâché et grognant! Ça fait longtemps qu'il ne pense plus aux rideaux! Le lendemain, quand il vous attend, il n'est plus le même chien joyeux. Il a une inquiétude d'incompréhension qui le ronge. Il n'est pas sur quel sorte de maître il verra ce soir? Peut-être pour calmer ce stress, il ira trouver votre soulier préfère qui sent si bon: vous. Il le mâchouillera peut-être comme un enfant suce son pouce ou ronge ses ongles. Puis vous revenez et ça va, vous n'avez pas l'air trop bizarre jusqu'à ce que vous trouvez le soulier et lui criez après. Là il ne comprend plus rien. Il a un humain bizarre qui quand il sort est bien calme, mais peut se transformer en un effrayant être soudain, sans prévenir. Et voila qu'un cercle vicieux et né et un autre chien commence lentement mais sûrement de développer de la nervosité quand vous êtes partis…

  - Un chien, Tico, hurle quand laissé seul car il ne sait pas quoi faire quand les humains sont partis. Il est un petit chien tout mignon et la famille adore le prendre dans les bras, le caresser, le garder sur les genoux toute la soirée et la plupart de la fin de semaine. Sauf que les voisins ont commencé à se plaindre du bruit. Alors les maîtres sont allés à l'animalerie pour des conseils. Ils n'ont pas voulu de collier électrique qui est très efficace d'après le vendeur, c'est trop cruel pour leur petit protégé. Mais un collier au jet de citronnelle fera peut-être l'affaire? Alors maintenant Tico quand resté seul a une peur de plus: dès qu'il appelle ses maîtres qui l'aiment beaucoup et finiront pour sûr de l'entendre et venir le chercher, il y a un horrible jet qui vient l'arroser sur le nez, avec une odeur étrange qui lui fait peur (avec un collier électrique, ce serait une douleur au cou qui l'effrayerait). Il a apprit à se taire maintenant et ses maîtres sont bien contents. Mais ils ignorent encore que Tico a encore plus peur qu'avant. Ça le soulageait de hurler. Maintenant, il garde toute son inquiétude en dedans. Il a commencé à se lécher les pattes. Ça ne se voit pas encore, mais bientôt d'affreuses plaies apparaiteront. Que feront ses humains? Ils l'amenront probablement chez le vétérinaire qui sait soigner les maladies mais n'a rarement des connaissances en psychologie canine. Ce bon monsieur en pensant bien faire suspectera des allergies, donnera des antibiotiques, crèmes, une autre nourriture…Comment finira Tico? Ça dépend de ses maîtres. Tico continuera-t-il à détériorer sa santé sur des antibiotiques? Ou peut-être il commencera un autre comportement qui sera inacceptable? Ses maîtres finiront peut-être par l'abandonner à la SPCA, ou l'endormir si il devient trop souffrant? Ou trouveront-ils enfin de l'aide qui pourra soigner Tico d'être moins nerveux quand laissé seul?? La morale de la petite histoire qui n'arrive que trop souvent : quand vous avez un problème avec votre chien, cherchez en la cause pour le soigner et modifiez-le à la source. Ne vous fiez pas aux méthodes et produits 'pansement' qui soignent les symptômes et non la cause.

    Bien que certaines races ou individus canins sont plus prônes à développer la dépendance affective que d'autres plus indépendants, nous les humains avec nos actions et émotions restons la grande cause du problème. Si nous en sommes la cause, nous en sommes également la solution :)! Avec une compréhension du problème, de l'effort et un peu d'aide, nous pouvons non seulement prévenir ce malaise chez notre chiot, mais nous pouvons aussi guérir notre chien qui est déjà atteint par le mal de notre trop grand amour - et mieux encore : nous pouvons adopter un chien qui a déjà démontré l'anxiété de séparation et ne pas le laisser continuer ses peurs dans sa nouvelle maison.

un excellent livret pour travailler l'anxiété de séparation étape par étape:
Patricia McConnell: I'll Be Home Soon

 
retour aux articles
 
Signez notre livre de visiteurs!
accueil / bienvenue à CoeurCanin /Programmes / Questions et Réponses / nutrition / recommendations / randonnées / articles / liens /bonbons/présentation/photos/
courriel (514)554-2442 , English / Polski