Chien 101: Le Langage d’Amitié

Une introduction au langage corporel des chiens, comment lire les messages qu’ils tentent de nous transmettre, les incompréhensions habituelles et leurs explications, guide(de l’aide pour) comprendre et observer comment les chiens ‘parlent’ entre eux.

  Nous parlons beaucoup à nos chiens et souvent, on dirait qu’ils comprennent. Certaines familles se voient obligées d’épeler des mots comme  » biscuit « ,  » promenade « ,  » balle  » car leur compagnon en connaît trop bien la signification! D’autres fois, on aimerait tellement expliquer à notre chien d’arrêter d’aboyer à la fenêtre mais il ne veut rien comprendre. Pourquoi ces différences?
Si nous parlons à nos chiens notre langue humaine qui est surtout vocale, le chien, lui, nous parle constamment dans sa langue. Est-il comprit? Bien qu’il utilise aussi des sons comme le jappement, l’hurlement, le grognement ou le gémissement pour ‘parler’, la plupart de ses ‘mots’ sont des gestes, des postures et des actions. Nos chiens sont extraordinaires pour s’être adaptés à nous au point de comprendre que des sons spécifiques que nous émettons veulent dire des choses précises. Par contre, la majorité des cabots vous diront qu’ils trouvent nos gestes plus clairs. Humains, nous utilisons aussi beaucoup de signaux visuels mais nous sommes tellement habitués à la vocalisation, que nous ne nous rendons pas toujours compte de nos paroles gestuelles. Le chien, lui, perçoit nos signes et est souvent capable de deviner notre humeur et nos intentions par nos postures, mouvements et respiration. Il peut cependant facilement mal les interpréter… surtout si nous mêmes on en est peu conscients! Lorsqu’on interagit avec un chien, il devient important d’être conscient de nos mouvements, geste et postures et bien lire les siens. Si on arrive à se maîtriser un peu et apprendre à utiliser les bonnes postures et gestes, notre compagnon canidé se sentira mieux en notre présence, un peu comme avec un interprète à l’étranger. Pour celui qui sait observer et veut apprendre, toute une langue reste à découvrir…
Les chiens sont des animaux sociables et ont développé un langage bien à eux que l’on commence seulement a décoder par petits morceaux. Ils utilisent toute une collection de gestes et postures servant a éviter une bagarre, dire qu’on est amis et faire la paix. Ceci leur sert bien quand des combats inutiles pourraient éclater et nuire à la survie et au bon fonctionnement d’un groupe. Ces gestes sont utilisés entre deux chiens qui se rencontrent et entre votre chien et humain, chat, vache… Malheureusement, l’humain les comprend rarement et trop de toutous nous trouvent impolis ou même effrayants. Encore pire, il arrive que des signaux que le chien envoie dans ses efforts d’être polis ou d’éviter le conflit sont mal interprétés et punis! Que pense alors le pauvre cabot? Heureusement pour nous, les chiens pardonnent comme aucune autre créature ; il nous est donc souvent possible d’apprendre de nos erreurs et de redonner confiance en nous à notre ami poilu.
Voyons comment les chiens parlent entre eux. Ils sont des très bons observateurs de chiens comme d’humains : ils commencent par reconnaître la posture en général- droite et rigide, détendue ou tendue, démarche aisée ou dos courbé et posture incertaine? Ensuite, on s’occupe des gestes individuels et expressions faciales : gestes saccadés ou fluides, agressants ou peureux? Visage tendu et rigide ou souriant ? Nous n’y pensons pas toujours mais pour beaucoup de ces signaux la signification est pareille pour notre chien que pour nous : Un étranger qui avance rigidement droit vers nous avec un visage et corps tendu est épeurant ou du moins alarmant. Même histoire pour le chien. Sauf que le chien moyen est beaucoup plus conscient et respectueux de ces gestes que la majorité des gens.
Turid Rugaas de Norvège, une observatrice exceptionnelle de chiens a écrit un petit livret accompagné d’un vidéo traduit en Anglais, puis Français :  » On Talking Terms with Dogs : Calming Signals « . Je le recommande à chacun. Il parle de ce langage d’amitié qu’utilisent les chiens et que l’on peut tenter d’utiliser aussi.

Regardons ce qu’on commence à comprendre du langage corporel de notre meilleur ami :
1 – Un chien amical n’ira pas en ligne droite approcher un étranger. Il est poli d’avancer en courbant un peu notre chemin. Si vous ne voulez pas apeurer un chien timide, faites comme un chien bien élevé, approchez-le en légère courbe (les chiens sont des bons observateurs, un subtile demi-cercle que tout humain normal ne percevra pas est suffisant) un peu de côté, jamais en ligne droite. Encouragez votre chien d’approcher de cette manière les autres chiens. Si vous vous promenez et rencontrez un autre toutou, donnez un peu de lousse à vos laisses! Laissez les chiens s’approcher de côté et se renifler les derrières : c’est la façon polie de dire bonjour pour eux (et d’emmêler le laisses autant que possible). Si vous tenez la laisse courte et laissez seulement leurs bouts des nez se rencontrer, vous obligez les chiens d’assumer une position qui peut être vue comme provocatrice et effrayante entre eux : le poids du chien qui tire en laisse est tout vers l’avant ce qui est très envahissant et inconfortable pour le chien qui se fait approcher de la sorte. Il en va de même quand on apprend au chien le  » viens « . Il faut aller doucement et ne pas intimider le chien si on veut lui apprendre de trotter vers nous sans hésitation en ligne droite- si le chien est un peu incertain, il fera des courbes et nous évitera un peu, non pour désobéir mais parce que c’est la chose respectueuse à faire. Si on ignore que le chien tente simplement d’être poli en n’approchant pas en ligne droite, il est facile de croire qu’il désobéit tout simplement ; on devient alors généralement plus tendu, irrité…ce que le chien perçoit très bien ! Il risque donc d’essayer de nous amadouer avec des gestes polis tels éviter notre regard, faire des cercles nez à terre autour de nous…quelle confusion ! Si vous appelez votre chien et aimeriez qu’il vous approche, assurez-vous d’être « approchable » à ses yeux : voix joyeuse (invitante), corps détendu. Si le clébard renifle à terre, évite de vous regarder ou approche en courbes, rassurez-le que vous approcher est bien vu et désiré : tournez vous de côté au chien, respirez bien, détendez votre voix, clignez des yeux et souriez… vous imiterez de cette manière un chien équilibré aux bonnes intentions qui invite l’autre à l’approcher.

2 – Le regard fixé sur nous, les yeux grands ouverts qui ne clignent pas peuvent nous donner des frissons. Même chose pour notre chien! Si un chien vous regarde de cette façon c’est que soit il veut vous manger pour souper (je blague! l’humain ne fait pas partie des proies naturelles du chien comme il le fait pour un cougar!), soit qu’il est en état d’alerte et vous représentez pour lui un danger potentiel qu’il croit devoir tenir à l’œil. Un chien pacifique clignera des yeux, ou gardera ses paupières mi-closes détendues, ou détournera son regard et même toute sa tête de vous. Tout ça pour dire qu’il ne vous veut aucun mal. Donc, la prochaine fois que vous entraînez votre chien et celui-ci refuse de vous regarder, pensez à relaxer. Peut-être est-il seulement un peu intimidé car vous semblez tendu et lui, selon sa nature de chien normal, ne veut pas de conflit? Si vous travaillez avec votre chien et vous le regardez droit dans les yeux, clignez et vous pourriez être agréablement surprit qu’il vous réponde! Vous pouvez utiliser ces signaux en cas de pépins: si un chien vous aboie après détournez le regard, tournez la tête de côté. Ne regardez jamais un chien dans les yeux dans ces cas-là! Il pourrait penser que vous voulez réellement l’attaquer. Si vous rencontrez un chien qui a l’air méchant, détournez le regard, avancez lentement de côté et faites une courbe en passant. Vous pouvez bâiller et vous passer la langue sur les lèvres aussi – tous des signes qui veulent dire « je ne veux pas de conflit, mes intentions sont pacifiques ».
On remarque que plusieurs chiens un peu inquiets des étrangers réagissent plus fortement aux gens qui ont peur des chiens. Non, ils ne sont pas obligés de ‘sentir la peur’ ou avoir d’autres dons de perception extraordinaire. Ils ne sont que bons observateurs :
Lorsqu’un individu veut sauter dessus et attaquer quelqu’un, que fait-il? Il fixe la cible sans cligner, tend ses muscles et arrête de respirer juste avant de bondir à l’attaque.
Que fais la pauvre personne qui a peur de mon chien? Elle se raidit, ne quitte pas l’objet de sa peur des yeux, ne cligne pas des yeux et souvent, arrête de respirer…. OUPS!
Le chien ne voit pas la différence et peut-être persuadé que la personne qui a peur s’apprête à l’attaquer. D’où la forte réaction du chien inquiet envers la personne qui a peur. C’est difficile mais si vous craignez un chien, essayez de vous éloigner doucement en détournant le regard, clignant des yeux et respirant profondément (n’oubliez pas surtout d’expirer). Vous n’aurez ainsi pas l’air menaçant et le chien risque de réduire de beaucoup sa réaction, par exemple juste vous aboyer après à la place de vous mordre. Je ne vous souhaite évidemment aucune occasion où vous aurez besoin de ces conseils!

Gallie, compagnon de Sarah Chapoy détourne son regard, sa tête et même baille. Non, ce n’est pas un accès soudain de fatigue ! Elle « dit » clairement qu’elle ne se sent pas à l’aise dans la situation. Il y a des fortes chances qu’elle se sent envahie et intimidée simplement pas le gros œil de la caméra qui la fixe avec le poids du photographe vers l’avant! Elle s’est certainement sentie soulagée lorsque cet appareil n’était plus pointé vers elle :)!

3 – Quand un chien se sent un peu impressionné par un autre chien qui joue trop fort ou lui court après, ou par un humain qui se fâche ou le coince (serre) dans ses bras, il peut utiliser plusieurs signaux pour essayer de faire la paix et détendre l’atmosphère. Un signal clair est le bâillement. Bien sûr, votre chien baille quand il se réveille, mais il peut aussi le faire en pleine leçon d’obéissance: Il ne le fait pas pour dire que vous l’ennuyez! Il essaye seulement de détendre l’atmosphère donc : respirez, détendez-vous et demandez-lui un commandement plus facile que votre chien réussit bien puis félicitez-le. Observez est-ce que c’est vous qui semblez stresser votre chien sans le vouloir ou s’il y a autre chose qui le rend inconfortable? Votre chien peut détourner sa tête et bailler car le chien à côté est exubérant et rester aussi près l’inquiète. Ou bien votre chien a peut du sceau de la moppe à roulettes qui a bougé tantôt. Arrêtez de stresser votre compagnon et surtout ne le punissez pas pour se moquer de vous : selon son langage, bailler est simplement une tentative de détendre la situation et signifier qu’on n’est pas du tout enclin à attaquer. Votre chien est très poli et exprime un inconfort. Aidez-le à se sentir mieux, votre chien vous en sera réellement reconnaissant.
4 – Un autre signal que votre ami utilise pour vous détendre (ou un autre chien) est renifler parterre. Bien sûr, les chiens adorent suivre des pistes de leur nez, mais selon le contexte, ils peuvent aussi le faire pour dissiper les tensions sociales. Mon chien marche au pied près de moi quand un gros camion bruyant nous dépasse. Avec tout le bruit que ça fait, mon chien met son nez parterre et « sniffe » pour signaler à ce gros monstre que ça va, lui, il ne fait rien de mal, il renifle et ne s’occupe pas du camion du tout, qui, lui, pourrait bien juste ne pas remarquer son existence. Il le fera aussi si un autre chien paraît un peu trop énervé. Donc, si vous pratiquez la marche au pied, soyez gentils et tentez de discerner quand votre chien est simplement distrait par une piste (vous pouvez alors arrêter de marcher et le rappeler gentiment), et quand il renifle le sol en passant car vous ou un passant l’inquiètent un peu (dans ce cas l’éloigner de ce qui l’inquiète ou rendre la situation plus rassurante est un beau cadeau à lui faire, en plus de réduire son besoin de renifler à terre!).

 Kenza la jeune Husky fait semblant de renifler à terre…comme pour passer inaperçue….elle est intimidée par la statue de cheval grandeur nature et est curieuse, aimerait inspecter, mais n’est pas trop rassurée et pas suffisamment à l’aise pour simplement approcher la statue et investiguer directement.

5 – Les chiens peuvent aussi se gratter ou se secouer pour les mêmes raisons. À vous de juger selon le contexte, est-ce que votre chien à un picotement ou s’il fait une pause car il sent son environnement (vous, d’autres gens ou chiens) tendus. On peut parfois observer comment un chien fonce vers un autre, celui-ci renifle parterre pour le calmer, et le premier se secoue comme pour s’enlever la tension. Ensuite, on dirait que la tension baisse et ils continuent en paix.

6 – Un chien se lèche les babines pour se lécher les babines, mais de temps à autre aussi pour dire qu’il a des intentions pacifiques. Des petits chiots qui lèchent la gueule de leur mère, les chiens qui nous lèchent les mains, ce sont des signaux qui se veulent très pacifiques : « mes dents sont juste à côté mais non, je fais exprès de ne pas les utiliser, je veux la paix, svp ne me fais pas de mal » . Nos compagnons peuvent parfois être plus subtils et seulement passer la langue sur leur lèvres ou nez : remarquez-le car le chien utilise souvent ce geste lorsqu’il commence à se sentir mal à l’aise dans une situation. C’est un geste classique lorsque le chien se sent envahi. Idéalement, on peut alors le rassurer ou le retirer de la situation avant qu’il ne s’inquiète trop et ses réactions ne s’amplifient. Les chiens lèchent souvent les gens au visage au moment où la personne allait donner un « bisou » à l’animal : source de grand stress pour le chien, le « bisou » est trop souvent une cause de morsure! Pourquoi? Les chiens ne se donnent pas de « bisous » et ne comprennent pas que c’est un geste d’affection propre aux primates. Que fait un chien lorsqu’il va mordre quelqu’un? Il approche son nez vers la cible de sa morsure, place ses lèvres vers l’avant et approche directement. Que fait une personne désirant donner un ‘bisou’ à un chien? Elle approche son nez du chien, place ses lèvres vers l’avant et approche le chien en ligne droite…OUPS! Plusieurs chiens peuvent alors mordre par défensive, persuadés que la personne allait les mordre! Plusieurs morsures au visage sont le résultat d’un primate désirant démontrer de l’affection à un canidé terrifié persuadé que la personne allait le mordre. Éduquez bien vos enfants sur le langage canin afin de prévenir les morsures.
Plusieurs chiens vont, avant de passer à la morsure, lécher le visage de la personne qui veut leur donner un ‘bisou’, l’équivalent de les supplier « svp svp éloignes tes dents de moi tu me fais peur!! ». Malheureusement, lorsqu’on ne le sait pas, on croit que le chien retourne « nos bisous » pendant que le canidé est réellement stressé. Beaucoup de chiens subissent toute leur vie ce qu’ils perçoivent comme des feintes de morsures. Apprenez à bien reconnaitre ce risque de morsure au visage et trouvez d’autres façons pour démontrer votre affection à un chien. Vous pouvez imiter des bons chiens équilibrés aux bonnes intentions et, avant d’approcher un chien s’assurer de bien observer des signaux qui vous indiquent que réellement, ce chien vous invite dans votre espace. Cela peut servir de belle leçon sur le consentement aux enfants. Si le chien démontre qu’il a le goût que vous soyez plus près en s’approchant de vous, détendu, soyez compréhensibles et poli dans sa langue : détournez votre visage afin de lui présenter votre profil, étirez vos lèvres vers l’arrière, clignez ou mi fermez vos yeux et gardez le poids de votre corps chez-vous. Le chien viendra souvent vous renifler ou donner une légère lichette près de votre oreille : un beau geste d’affection canine!

 Voyez comment j’essaye de « parler » avec mon visage à mon futur chien, Fleuve, alors pas mal craintif et sauvage : mes yeux sont fermés ou presque, je tourne mon visage de côté et j’étire mes lèvres en lui laissant la liberté de venir m’approcher ou pas.

 

7 – Vous pouvez observer dans un parc à chien qu’un chien court après un autre, puis, soudainement, le poursuivi se couche ou s’assoit et la chasse freine. S’asseoir ou se coucher comme ça est encore une fois un signal que l’on aimerait détendre tout le monde, une sorte de ‘arrêt svp’. Si l’autre chien comprend et est poli, il ralentit également et souvent donne un peu d’espace à l’autre chien.

8 – Le signe amical le plus joli et le plus facile à reconnaître est sans doute l’invitation au jeu. C’est la posture que prend le chien quand il étire ses pattes devant par en avant, penche toute sa moitié avant par terre, tandis que son derrière et sa queue restent en l’air. Si vous voyez deux chiens se chamailler au parc, puis un prend cette position et ils recommencent, tout va bien! C’est un geste qui veut dire  » ne me prend pas au sérieux, on joue! « . La langue canine évolue et est complexe avec plein de subtilités. Il arrive qu’un chien pris dans une situation tendue, essaye de détendre l’atmosphère en plaçant un appel au jeu : par exemple, si un chien craint mon approche et moi j’essaye de l’attraper pour l’attacher, il peut reproduire un ‘appel au jeu’ avant de se sauver à nouveau comme pour me dire « aie aie tu me fais peur à m’approcher directement comme ça, pourrait-on jouer à la place peut-être? ». Observez toujours le contexte avant de sauter aux conclusions!

9- Le chien qui remue la queue est-il un chien content ? Pas nécessairement….je reçois des appels à chaque mois à propos d’un chien qui a mordu quand pourtant, il remuait sa queue ! Le chien peut bouger sa queue lentement ou rapidement, avec un corps tendu ou tout à fait relax. Le chien remue la queue surtout avant une interaction : il peut être heureux, alors tout son corps sera détendu, son visage souriant, ses gestes souples et pleines de courbes. Il peut également remuer sa queue rapidement, avec beaucoup de tension dans son corps et mouvements, avec des grands yeux qui ne clignent pas : on peut alors s’apercevoir que le chien est nerveux. Ne vous fiez pas au mouvement de sa queue mais plutôt à la tension ou souplesse de son corps et mouvements, à ce qu’expriment ses yeux.

10 – Comment comprendre un grognement ? Savez-vous qu’il n’est jamais conseillé de disputer un chien qui grogne ou montre les dents? Ceci semble très contrintuitif au départ car bien sûr, personne ne veut d’un chien ‘agressif’. Regardons en détail ce type de communication.
Les chiens sont des animaux sociaux, dotés d’une nature pacifique qui s’efforce d’éviter les vrais conflits qui causeront des blessures. Un chien qui grogne, jappe, montre les dents essaye par tous les moyens de « parler » encore : il avertit qu’il a vraiment peur, qu’il n’en peut plus et….qu’il essaye de ne pas se rendre à la morsure ! C’est l’équivalent à moi si je me fais approcher un soir par un homme inconnu qui me semble menacant, je vais commencer par lui demander de s’en aller mais si je suis trop nerveuse ou s’il ne le fait pas je pourrai me mettre à crier, puis crier des paroles menacantes qui iront de « si tu approches j’appelle la police! » à « si tu ne pars pas je vais te tuer!!! » et je pourrai éventuellement ramasser une roche ou bâton ou autre arme et menacer sérieusement de l’utiliser pour me défendre. L’intensité de mon comportement au départ sera plus grand que si à la base, je suis réellement inquiète (parce que je suis de nature peureuse, j’ai regardé trop de films ou j’ai réellement vécu des mauvaises expériences) que si je pense encore que le monsieur veut simplement me demander des directions. Ensuite, l’intensité de mon comportement va diminuer ou augmenter selon ma perception de ce que fait l’homme donc s’il me laisse tranquille et s’éloigne ou continue de m’approcher. Ma perception pourrait, surtout si je suis nerveuse, ne pas correspondre aux intentions du monsieur. Celui-ci pourrait continuer de m’approcher car il veut me rassurer et moi je panique. Pour le chien, c’est exactement pareil : l’intensité de ses réactions sera proportionnelle à son inquiétude. Son inquiétude sera directement lié à sa perception plus qu’à la réalité. À nous d’essayer d’être clairs dans nos communications et éviter d’empirer la situation et semer la confusion comme le monsieur qui ne comprend pas qu’il me fait peur et continue de m’approcher pour me « prouver ses bonnes intentions » que je suis alors incapable de percevoir.
Si mon chien a peur des hommes qu’il ne connaît pas, il se peut qu’il grogne lorsqu’un homme essaye de le flatter gentiment. Il n’est pas ‘méchant’, il exprime sa peur. La réponse appropriée est alors d’arrêter le monsieur et l’éloigner ou de prendre notre chien et l’éloigner du monsieur sans se fâcher. (Ensuite, on peut travailler des protocoles avec un bon intervenant afin de réduire la peur des hommes inconnus de notre chien. Lorsqu’il n’aura plus peur, il ne grognera plus.) Si je ne comprends pas que mon chien essaye d’exprimer la peur et demande juste de la distance afin de se sentir en sécurité, si je punis son grognement, que va-t-il arriver ? Mon chien aura toujours peur des étrangers mais comprendra qu’il n’a pas le droit de grogner pour avertir. Il subira donc en silence jusqu’à ce qu’il a tellement peur qu’il morde. On dira qu’il aura mordu « sans avertissement ». Pourtant, il avait essayé de nous avertir avant ! Lorsqu’un chien me grogne après je le remercie et j’essaye de lui donner de l’espace : il aurait pu me mordre directement mais non, il avait peur mais a décidé de m’avertir, de me parler afin que je puisse arrêter de le stresser et qu’on n’en arrive pas à un vrai conflit sanglant. Sur le coup, on laisse le chien qui grogne tranquille pour éviter tout accident. On peut noter ce qui fait grogner le chien et comprendre qu’il y a quelque chose dans la situation qui effraie le chien au point où il se met sur la défensive. Un chien qui grogne n’est pas agressif- au contraire : il essaye d’exprimer ses sentiments afin d’éviter l’agression. Il existe des techniques basées sur la science du comportement qui peuvent nous aider à régler un problème de grognement : si mon chien grogne après des hommes, il faut comprendre qu’il a peur des hommes. On peut travailler avec un bon professionnel à changer la perception des hommes de son chien. Lorsque le chien ne craindra plus un homme qui l’approche, il ne ressentira plus le besoin de grogner.
En attendant, on protège le chien craintif des hommes bien intentionnés qui veulent lui « prouver qu’ils sont gentils » et ne respectent pas ses demandes d’espace. Le chien déjà effrayé n’est pas en état de comprendre que le monsieur est gentil, tout comme moi qui suis rendue hystérique avec le monsieur dans la rue le soir qui pourtant, voulait simplement me demander des directions : je perçois son approche comme une menace grandissante et ne suis plus en état de bien réfléchir. Tout être vivant qui a peur n’est pas très apte à raisonner. Il faut le sécuriser avant qu’il soit en mesure de comprendre quelque chose.

 Voyez comme ce petit chien semble tendu sur la première image! Il a des grands yeux qui ne clignent pas, une bouche fermée, tous ses muscles tendus…il a peur et est prêt à mordre ma main si elle approche plus.

 

Sur la deuxième image, il est rassuré car je lui ai donné l’espace qu’il me demandait. Il approche par lui-même pour se faire gratouiller. Observez les muscles de son visage qui se sont détendus, les yeux qui clignent et n’ont plus cet air d’alerte générale, ses oreilles se sont assouplis…ouf !

Tous ces signaux peuvent être plus subtils ou plus exagérés. Avec l’expérience, vous distinguerez chez votre chien de plus en plus ces messages. Essayez de les observer et de devenir conscient quels signaux vous envoyez avec votre propre corps. Votre chien pourrait s’étonner qu’après toutes ces années, vous vous décidez finalement de parler d’une manière plus compréhensible, mais il en sera bien content! En observant plus soigneusement, vous serez en mesure de mieux comprendre plein de choses. Par exemple, on se rend souvent compte que la grande majorité des situations où on pensait que notre chien faisait « juste à sa tête », notre compagnon est plutôt nerveux et aurait besoin d’aide de notre part. On peut également découvrir qu’il est plus facile à avoir son attention à des moments où il devient trop énervé car tout à coup, on observe qu’il n’est pas « trop content » de voir la visite par exemple, mais qu’il saute partout et perd la tête car il ne sait juste pas quoi faire dans la situation où des étrangers arrivent et tout le monde parle fort et s’énerve. En traitant son surexcitation comme signe commun de stress, on aide le chien à se calmer réellement car on arrête de le disputer et donc le rendre de plus en plus nerveux… et énervé! Combien de situations problématiques ayant du chien qui « n’écoute pas » à des morsures sont grandement aidées par l’apprentissage du langage canin par les humains!
La grande majorité (sinon la totalité) de morsures peuvent être prévenues si tout le monde « parlerait chien ». Un chien n’aurait qu’à détourner la tête en se léchant les lèvres pour signifier qu’il se sent envahi par le petit enfant en visite. On pourrait alors éloigner l’enfant ou accompagner le toutou en lui offrant du fromage afin de rendre la situation plus agréable. Si malgré le fromage notre chien baille et continue à détourner son regard de l’enfant, on comprendrait qu’il trouve ça difficile et on le sortirait de la situation. Notre chien nous serait reconnaissant et ne serait pas tout seul avec ses problèmes….trop de chien subissent, tolèrent et tentent de communiquer avec les humains qu’ils ont mal ou peur. En vain car on ne les comprend pas. Lorsque le chien est rendu tellement inquiet qu’il se met sur la défensive et grogne, on lui en veut. Pourtant, le chien n’aurait jamais eu besoin de grogner si on avait comprit son grand malaise bien avant ! Et en plus, s’il grogne c’est qu’il essaye de ne pas se rendre à la morsure…

Voilà une liste des détails à observer:
– le poids+direction du corps: bloque? invite? fuit? envahit?
– respiration (calme et profonde? saccadée ? arrêt (alarme!) ?
– tension du corps et des mouvements
– hyperactif (saute, tire fort en laisse) = n’est pas ‘trop content’ mais anxieux
– concentration difficile = souvent un stress
– monter chiens, gens, objets (sauf chiots=jeux normaux) : stress, anxiété, frustration
– marquage : insécurité et non dominance= le chien tente de mettre son odeur rassurante à un endroit insécurisant pour lui.
– piloérection (poil qui se hérisse sur la nuque ou tout le dos) =trop d’émotions intenses
– suer sous les pattes/ pellicules ou perte de poils/ odeur corporelle prononcée ou mauvaise haleine (mauvaises dents ou acides gastriques du au stress?) = stress
– lèvres détendues, étirées vers arrière? ou tendues vers l’avant?
– courbes corps et approches
– yeux: fixes, étirés, on voit les blancs (tension) , évite, cligne?
– signes de stress/diffusion d’attention (se détourner, gratter, bailler, renifler, lécher le nez, ..)
– signes d’intentions pacifiques (mordille ou il lèche la main? se retourne sur le dos pour éviter)
– queue qui remue ne veut pas toujours dire content!!! pré-interaction = bonne ou pas
– avertissements clairs: figer, grogner, montrer crocs, « snapper »

*La morsure est une défense. Elle peut devenir de la communication si chien n’est pas écouté
Observer attentivement peut vous être utile partout: à la maison, dans la rue, en visite, ou au parc à chien. Vous pouvez ainsi mieux juger quand séparer des chiens qui ne jouent pas bien. Vous pourrez prévoir un bon nombre de réactions indésirables de la part de votre chien et mieux prévenir les accidents. Vous pourrez ajuster vos actions lors de toute interaction avec un chien afin qu’il se sente en sécurité avec vous et qu’il vous trouve plus facile à comprendre…

Bonne conversations inter-espèces !

                                                                                     Zuzanna(Zuzia) Kubica & Fleuve,
CoeurCanin.com

Share